Le jeu du chat et de la souris: LVMH risque de se faire prendre à son propre jeu…

Il y a dix jours, LVMH avait annoncé le rachat de 17% des parts du groupe Hermès. J’avais décidé de ne pas vous en parler car je n’y croyais pas trop, surtout de la part d’Hermès. Aujourd’hui, c’est presque confirmé: Hermès refuse cette prise de participation, qui semblerait-il, ne s’est pas tout à fait déroulée dans les règles de l’art…

« Cette arrivée n’a rien d’amical. Elle n’a été ni désirée ni sollicitée. »

Patrick Thomas et Bertrand Puech, les dirigeants d’Hermès, ont déclaré au Figaro qu’ils avaient rencontré leurs concurrents pour leur demander de retirer leur capital. Même si Bernard Arnault (président de LVMH) a assuré qu’il n’avait pas l’intention de prendre le contrôle d’Hermès, ni de faire une OPA par la suite, Patrick Thomas a affirmé que cette action n’était en aucun cas amicale, qu’elle n’avait été « ni désirée, ni sollicitée ».

« La maison Hermès, ce n’est pas une société, ce n’est pas qu’une signature, c’est un terreau culturel dans lequel poussent chaque saison les fleurs de la créativité. »

Par ailleurs, il reste une interrogation sur cette prise de participation soudaine. En effet, légalement, toute prise de participation supérieure à 5% doit faire l’objet d’une déclaration de franchissement de seuil auprès de l’AMF (Autorité des marchés financiers). L’AMF est actuellement en train de vérifier la régularité de cette prise de participation.

Si vraiment cette déclaration n’a pas été faite, cela risque de très sérieusement se retourner contre LVMH…attendons les résultats…

Pour lire l’interview complète du Figaro, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.